Millénium 3, Stieg Larsson

Publié le par Miss poisson rouge

millenium3  

Fan inconditionnelle de la trilogie, j'ai dévoré ce troisième et dernier volet avec la même passion. On est un peu moins dans l'action, c'est vrai. D'où la déception peut-être, de certains lecteurs... La convalescence de Lisbeth occupe une très large partie du roman. Mais la psychologie de ce personnage prend ici toute sa valeur. Les intrigues parallèles comme le changement de rédaction de Erika Berger, m'ont un peu moins tenues en haleine. Donc oui changement de rythme dans ce troisième volet mais n'oublions pas que l'auteur, au départ n'avait pas l'intention de s'arrêter en si bon chemin...

 

Une nouvelle lecture pour mon challenge des littératures nordiques !

 

challenge litt nordique

"Que les lecteurs des deux premiers tomes de la trilogie Millénium ne lisent pas les lignes qui suivent s'ils préfèrent découvrir par eux-mêmes ce troisième volume d'une série rapidement devenue culte. Le lecteur du deuxième tome l'espérait, son rêve est exaucé : Lisbeth n'est pas morte. Ce n'est cependant pas une raison pour crier victoire : Lisbeth, très mal en point, va rester coincée des semaines à l'hôpital, dans l'incapacité physique de bouger et d'agir. Coincée, elle l'est d'autant plus que pèsent sur elle diverses accusations qui la font placer en isolement par la police. Un ennui de taille : son père, qui la hait et qu'elle a frappé à coups de hache, se trouve dans le même hôpital, un peu en meilleur état qu'elle... Il n'existe, par ailleurs, aucune raison pour que cessent les activités souterraines de quelques renégats de la Säpo, la police de sûreté. Pour rester cachés, ces gens de l'ombre auront sans doute intérêt à éliminer ceux qui les gênent ou qui savent. Côté forces du bien. on peut compter sur Mikael blomkvist, qui, d'une part, aime beaucoup Lisbeth mais ne peut pas la rencontrer, et, d'autre part, commence à concocter un beau scoop sur des secrets d'Etat qui pourraient, par la même occasion, blanchir à jamais Lisbeth. Mikael peut certainement compter sur l'aide d'Armanskij, reste à savoir s'il peut encore faire confiance à Erika Berger, passée maintenant rédactrice en chef d'une publication concurrente."  
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article