La vie révée des plantes, Lee Seung-U

Publié le par Miss poisson rouge

fica baniere
     
 la vie revee des plantes   "Enigmatique et pénétrante, l'atmosphère de La vie rêvée des plantes irradie d'un mélange déroutant d'infinie délicatesse et de violence extrême.
Comme dans le jeune cinéma coréen, l'audace narrative l'emporte ; on est pris à la gorge. Contraint d'espionner sa propre mère pour un mystérieux commanditaire, Kihyon est confronté à d'obscurs secrets de famille. Par tous les moyens, il tente de réparer les blessures du passé, entre une mère au comportement étrange, un père réfugié dans la culture des plantes et un grand frère adoré et haï, amputé des deux jambes à l'armée.
La folle passion de Kihyon pour l'ancienne petite amie de son frère n'arrange en rien la situation. Dès lors, sa confession, lourde de silence et de résignation, de culpabilité et d'espoir insensé, nous plonge dans les formes les plus crues et les plus élevées de l'amour." 
     

Mon avis

J'ai aimé ce roman, au suspens et à l'intrigue quelques peu déconcertants. On retrouve une ambiance particulière, empreinte de mystère, de fantastique ou encore de poésie, qui me fait penser à l'univers de Yoko Ogawa ou même Haruki Murakami. Une fois de plus, tout n'est pas clairement explicité. Cependant, nous ressentons fortement la tension au sein de la famille de Kihyon, au début de l'histoire. Au fur et à mesure, celle-ci se détend pour arriver à un dénouement plus apaisé aux accents forts poétiques, illustré par la fameuse métaphore des ou de l'arbre...

Publié dans Littérature d'Asie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article