La vaine attente, Nadeem Aslam

Publié le par Miss poisson rouge

 

fica baniere
     
 La-Vaine-attente  

"Afghanistan, 2005, à l'ombre des monts de Tora Bora. Dans une maison aux murs ornés de fresques, aux plafonds recouverts de livres cloués, avec sa fabrique où l'on distillait autrefois des parfums, le vieux médecin anglais Marcus Caldwell pleure sa femme Qatrina et sa fille Zameen disparues, et désespère de retrouver son petit-fils Bihzad. Vers ce lieu, où l'amour régnait sous toutes ses formes, où les sens sont tous sollicités, convergent des êtres esseulés. [...]

 

Dans ce roman qui jette une lumière crue sur une région brutalisée, à travers les trajectoires de personnages aux destins liés qui apprennent à s'aimer et à faire revivre les êtres aimés, tout s'emboîte de façon inéluctable. A peine s'est-on réfugié dans la maison de Marcus que la sauvagerie du monde extérieur nous agresse. [...] "

   

 

Pourquoi ce choix ? Pour la beauté de la culture afghane, qui se laisse entrevoir malgré un climat de guerre internationale, aux lendemains des attentats du 11 septembre. J'ai aimé la métaphore que représentent les livres cloués au plafond de la maison de Marcus, face à la cruauté des Talibans et leur doctrine religieuse. La tension qui se dégage de ce roman est omniprésente. Mais l'auteur sait aussi restituer les saveurs, la culture, les parfums qui font de l'Afghanistan une terre de richesses.  

Publié dans Littérature d'Asie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article