La Marche de Mina, Yoko Ogawa

Publié le par Miss poisson rouge

marche-de-mina.jpg  

Mon avis :

Voilà une manière bien particulière (et si chère à Yoko Ogawa, qui excèle dans le genre) de dépeindre le quotidien ! Tout ce que j'aime ! Ici tout devient un évènement, même la plus banale des livraisons quotidiennes de Fressy, cette boisson apparemment très en vogue à Ashiya, Japon, dans les années 70... C'est dans ce contexte que nous rencontrons Tomoko, qui va passer une année scolaire dans la famille de Mina, sa cousine. Et nous suivons donc les petites tribulations de ces deux minettes avec attendrissement. J'adore le style de Ogawa, toujours entre étrangeté et onirisme. Ici on est plus dans le registre du conte. C'est calme, apaisant, sensible, rassurant (ah ! la conscience de l'ordre et de la propreté au Japon...) bref un très bon moment de lecture, où je ressors avec l'esprit clair et posé ! 

Résumé :

"Après le décès de son père, alors que sa mère doit s'éloigner pour parfaire sa formation professionnelle, la petite Tomoko est revue pour un an chez son oncle et sa tante. Tomoko a douze ans ; à Kobe, son oncle l'attend sur le quai de la gare. Il la serre dans ses bras et la conduit jusqu'à la très belle demeure familiale. Pour Tomoko, tout est ici singulièrement différent. Sa cousine Mina passe ses journées dans les livres, collectionne les boîtes d'allumettes illustrées sur lesquelles elle écrit des histoires minuscules ; un hippopotame nain vit dans le jardin, son oncle a des cheveux châtains, il dirige une usine d'eau minérale et la grand-mère se prénomme Rosa. Au cœur des années soixante-dix, Tomoko va découvrir dans cette maison l'au-delà de son archipel : à travers la littérature étrangère, les récits de Rosa sur son Allemagne natale et la retransmission des Jeux olympiques de Munich à la télévision, c'est un tout autre paysage qui s'offre à elle."

  

Publié dans Littérature d'Asie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article