La fille américaine, Monika Fagerholm

Publié le par Miss poisson rouge

Le roman qui divise... J'ai pu lire plus de commentaires négatifs que positifs sur cette histoire. Pour ma part, j'ai été enchantée de ma lecture, qui s'inscrit dans le thème du challenge lancé par Myiuki. Il est vrai que ce n'est pas un roman de plage ! Beaucoup de personnages (mais bon, ça va encore...) des retours en arrière, une construction assez originale finalement, que j'aime beaucoup. Il faut juste être assez régulier dans sa lecture et ne pas poser le livre pendant 3 semaines... 
 
la-fille-americaine-ok.gif   "1969, une presqu'île de Finlande. Une jeune fille américaine, Eddie de Wire, vient rendre visite à sa tante, installée dans la Maison de Verre. Deux garçons tombent éperdument amoureux d'elle et, lorsqu'elle disparaît si vite et sans raison, on retrouve le corps de l'un d'eux pendu dans une grange. C'est le début du Mystère de la fille américaine qui va hanter la vie des habitants du lieu. Doris et Sandra, encore enfants à l'époque du drame, se lient d'une amitié exclusive, qui se nourrit de leur fascination commune pour cette affaire. Mais d'autres mystères affleurent : qu'est devenue Lorelei, la mère de Sandra ? Est-elle partie avec son amant ? L'a-t-on assassinée ? Un jour, le corps de la jeune fille américaine remonte à la surface du marais de Bule. Mais s'agit-il bien d'elle ?"

 
Je ne qualifierai pas ce roman de thriller (quoique...) car la disparation d'Eddie est plus un pretexte qu'autre chose. Il est le point de départ de la rencontre de Sandra Warn et Doris Flinkenberg. De cette rencontre va naître une amitié exclusive. La disparition d'Eddie est le fil conducteur des jeux inventés par les deux adolescentes, entre autres, essayer de résoudre le mystère de la fille américaine. Evidemment, en 562 pages, on vit au rythme des deux jeunes filles, racontant tour à tour leur vie, leur questionnement. C'est aussi l'occasion de dépeindre la vie dans les années 70, du Coin et de la ville-au-bord-de-la-mer ; étrange région que cette presqu'île de Finlande, pleine de lacs, de marécages et de forêts... Le roman nous plonge dans "la violence des rapports de classe", si justement illustrée par les trajectoires bien différentes de Doris et Sandra. Doris battue par sa mère et Sandra, dont les parents sont issus de la jet-set...

On pourrait qualifier de longueurs certains passages. Mais il s'agit de l'univers de l'auteur, entre onirisme, poésie et étrangeté. Il ne faut pas chercher à tout expliciter. Cette écriture particulière faite de nombeuses digressions, retranscrit la lente construction des filles, du passage de l'enfance à la vie adulte.

Pour en revenir au mystère de la disparition, le rythme de l'histoire s'accélère au milieu du roman, lorsqu'on apprend que le corps d'Eddie est remonté à la surface du marais... Entre Sandra et Doris, les comportements changent peu à peu et c'est là où nous pourrions qualifier de thriller le reste du roman... C'est d'ailleurs ma partie préférée. On apprend la vérité pour finir, sur le sort d'Eddie. Celui de Lorelei est un peu plus flou et la toute fin du roman me laisse, il est vrai, un peu perplexe...

 

la-scene-a-paillette.jpgBien décidée à lire la suite malgré tout ! Donc rendez-vous pour

La scène à paillettes très prochainement...

Lecture dans le cadre du challenge "Littératures nordiques". Coup double puisque Monika Fagerholm est finlandaise et écrit en suédois !...challenge litt nordique
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article