La bâtarde d'Istanbul, Elif Shafak

Publié le par Miss poisson rouge

fica baniere
     
 la batarde dIstanbul   "Chez les Kazanci, Turcs d'Istanbul, les femmes sont pimentées, hypocondriaques, aiment l'amour et parlent avec les djinns, tandis que les hommes s'envolent trop tôt pour l'au-delà ou pour l'Amérique. Chez les Tchakhmakhchian, Arméniens émigrés aux États-Unis dans les années 1920, quel que soit le sexe auquel on appartient, on est très attaché à son identité et à ses traditions. Le divorce de Barsam et Rose, puis le remariage de celle-ci avec un Turc nommé Mustafa suscitent l'indignation générale. Quand, à l'âge de vingt et un ans, la fille de Rose et de Barsam, désireuse de comprendre d'où vient son peuple, gagne en secret Istanbul, elle est hébergée par la chaleureuse famille de son beau-père. L'amitié naissante d'Armanoush Tchakhmakhchian et de la jeune Asya Kazanci, la «bâtarde», va faire voler en éclats les secrets les mieux gardés..."
     

Mon avis

Sur un ton plus léger, j'ai bien aimé ce roman, un peu en mode "journal intime", où l'on suit la jeune Asya en quête de ses racines. En tout cas, par rapport à mes précédentes chroniques, l'histoire est plus ancrée dans la réalité. On s'attache et on s'identifie vraiment aux personnages, même si certains m'ont quand même un peu agacés lorqu'ils manquent de volonté ou de confiance... Mais bon, de nos points de vue occidentaux, c'est facile de porter un jugement sans prendre en compte le contexte culturel, historique et autre.

 

Ce roman est riche et multiplie les intrigues parallèles. Peut-être un tout petit peu trop d'ailleurs. Mais cette technique nous fait découvrir la culture turque et arménienne. La relation sensible entre ces deux pays y est très bien illustrée, à travers l'amitié d'Azya et Armanoush. De manière générale donc, j'ai été touchée par ce roman et il me laisse de belles impressions.                       

Publié dans Littérature d'Asie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article