Des vies d'oiseaux, Véronique Ovaldé

Publié le par Miss poisson rouge

des_vies_d_oiseaux.jpg  

Une histoire toute simple, poétique. Après avoir terminé Les vaches de Staline, c'était une très bonne transition ! Que de légèreté ! Les vies croisées de Vida, la mère et sa fille Paloma m'ont touchées. Mais au-delà de l'histoire, j'ai découvert la talentueuse Véronique Ovaldé et son style d'écriture : cette tranquilité, cette quiétude, beaucoup de finesse dans les propos, de l'humour, bref je suis fan !

 

L'histoire commence par la visite du lieutenant Taïbo à M. et Mme Izarra, dans leur graaande et maaagnifique villa de bord de mer. Ils pensent avoir subi un cambriolage mais rien n'a été volé... On apprendra par la suite que quelques jeunes ont pris pour habitude de squatter les demeures de gens fortunés partis en vacances. La deuxième partie du roman est consacrée à Paloma, qui s'est enfuie de chez elle voilà presque un an. Le lieutenant Taïbo fait le lien, vous l'aurez compris, entre mère et fille...

 

Extrait :

"La reine en son palais.

On peut considérer que ce fut grâce à son mari que madame Izarra rencontra le lieutenant Taïbo. Monsieur Izarra avait tenu à appeler le poste de police, un soir d'octobre 1997, malgré l'heure tardive et le caractère sans urgence de son appel, afin de déclarer qu'il leur semblait avoir été cambriolés mais que rien, et il avait insisté étrangement sur ce point, ne leur avait été dérobé.
Taïbo, qui était d'astreinte ce soir-là, seul avec un livre sur Valérie Jean Solanas, se permettant de lire parce que justement il était seul et qu'il ne s'attirerait aucune réflexion désobligeante, avait reposé le livre en question dans l'unique tiroir qui fermait à clé, soupiré dans le combiné et demandé pourquoi ils en étaient venus à l'idée qu'ils avaient été cambriolés puisque rien ne manquait.
Ce n'est pas qu'il désirait jouer sur les mots. Le lieutenant Taïbo était un homme qui se voulait précis.
Mais la voix de monsieur Izarra s'était durcie. Il devait parler avec ce genre de voix à ses collaborateurs. Il devait arriver en réunion toujours en retard, ouvrir la porte de la salle avec brusquerie comme s'il désirait les surprendre à jouer aux cartes ou à passer des appels confidentiels à une société concurrente, et il devait balayer du regard lesdits collaborateurs déjà tous assis autour de la table, qui eux faisaient comme s'ils ne l'avaient pas vu, tentant de continuer la réunion sans tenir compte de son irruption, essayant de ne pas être tétanisés par sa soudaine présence si évidemment réprobatrice. Et monsieur Izarra se mettait en condition, il regardait les stores, les fauteuils, les revêtements muraux, l'ordre du jour sur le tableau, il y avait toujours quelque chose qui l'agaçait ou l'offusquait et il commençait à leur parler d'une voix cassante. Il les interrompait et il les brisait. Il avait ce ton quand il a dit :
- Rien n'a été visiblement volé, lieutenant. Mais je vous saurais gré de venir tout de suite constater qu'il y a bien eu intrusion.
Taïbo a secoué la tête dans son bureau nicotine.
- Je suis infiniment désolé, monsieur Izarra, mais il faut que quelqu'un...
L'autre l'a coupé, rétorquant qu'il ne voulait rien savoir et tenait à ce qu'il vînt sur-le-champ.
Il a donné son adresse et Taïbo l'a notée en continuant de secouer la tête. Quand ils eurent raccroché, Taïbo a ressorti son livre du tiroir, il lui était de toute façon impossible de quitter le poste de police ; il était seul et son collègue ne le relèverait que dans deux heures. Il était à l'avance fatigué de la conversation qu'il aurait avec monsieur Izarra. "

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article